Itinéraire d'un escroc ordinaire - Suite.

Publié le par renval

Dans mon premier message, notre escroc ordinaire se lançait dans sa nouvelle vie.

 

Après ses premières expériences, ses sociétés belges furent évidement mises en faillites successivement, les banques, ses fournisseurs et le fisc n’apprécient en général pas de trop ce genre de client ! Mais comment rebondir lorsque toutes les portes se referment et que les huissiers et autres bras de la justice  frappent aux portes ?

 

Facile ! La première chose est de vite passer à sa commune, déclarer un changement d’adresse pour un autre pays, pas nécessaire d’y résider, personne ne vérifie. Et quelques mois après, lorsque les rappels et autres visites commencent à débarquer dans ce nouveau pays, très vite changer pour un autre encore plus loin ! Dans ce cas, un océan n’est pas de trop…

 

Mais il manque une nouvelle «  réalité économique »…

 

Pas trop difficile, dans cette lointaine région personne ne pouvait connaître ses propensions à gagner ses euros d’une manière assez cavalière ; vite une société au capital minimum dans la région, (2.000 € est possible !), une autre dans un autre pays, (toujours au capital ridicule) et aussi une société en cessation de paiement à racheter dans cette nouvelle région. Des plans financiers à nouveaux mirobolants, des « groupes » nés de son imagination très fertiles, des conférences de presse avec beaucoup de promesses et voilà notre escroc ordinaire sur de nouveaux rails ! Une sorte de Bernard Tapie chez les ploucs…

 

Et voilà à nouveau la BMW X6 à crédit, la villa au bord de mer impayée, la vie d’un riche homme d’affaires tant rêvée !

 

Mais sur le dos des employés et des clients bernés…

 

Impossible ? Pas certain….  

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article