Tolérance zéro

Publié le par renval

Il n’y a pas une semaine sans que cette tolérance zéro soit publiée dans la presse. Après les diatribes habituelles du secrétaire d’état Crombez, voilà encore une autre de Carlos Six, patron de l’Administration fiscale et publiée dans le Trends du 21 mars 2013 :

Nouveau : la tolérance zéro est désormais bien ancrée dans le discours du fisc. Autrement dit, les sanctions, que ce soit sous forme d’amende ou de majoration d’impôts, vont être systématisées à l’encontre des contribuables qui ne remettent pas leur déclaration, la remettent en retard ou ne la remplissent pas correctement. « Notre message est clair vis-à-vis de l’opinion publique, il y a des choses qu’on ne laissera plus passer », avertit Carlos Six, le patron de l’Administration générale de la fiscalité. Source : Trends

 

D’autres articles ne cessent encore de nous rassurer. Jamais il n’y a eu autant de faillites, les petites sociétés ont de plus en plus difficile pour simplement survivre, et devant cette situation, les indépendants refusent d’engager, se replient sur eux-mêmes pour simplement survivre.…

 

Voir en outre RTBF : Les faillites ont fait un bond de 17%, 7000 emplois perdus 

 

Merci Monsieur Six de participer ainsi à cette sinistrose actuelle, vous allez certainement encourager chaque entrepreneur ! Autant à investir qu’à commencer une nouvelle activité…

 

Que mes écrits soient bien compris, je n’encourage évidemment pas la fraude fiscale. Mais à lire ces messieurs, derrière chaque indépendant se cache un fraudeur avec un magot bien caché au fisc ! Alors que les faillites de PME n’ont jamais été aussi nombreuses….

 

Mais la vérité est malheureusement bien différente…

 

Tolérance zéro ?

 

Appliquons la aussi cette tolérance zéro. Refusons ces diktats absurdes générant la faillite de nos activités, car devant les sommes monstrueuses générées par ses amendes et majorations d’impôts pour simplement une différence d'interprétation de certains actes seule l’utilisation du Droit et des procédures fiscales nous permettrons éventuellement de survivre.  

 

Car je ne possède pas ces œillères habituelles de nos politiciens ou fonctionnaires. Certes, la fraude elle existe, mais c’est tellement plus facile d’harceler l’épicier du coin que d’essayer d’endiguer certaines fraudes tellement mieux structurées…   

Publié dans Fiscalité

Commenter cet article